29 novembre 2017

Compte rendu formation bénévole du 13/11

Formation Bénévole du 13 Novembre 2017

Lundi 13 Novembre 2017, dans le cadre d'une formation bénévole, cette journée ensoleillée et froide nous conduit de Lorient vers Vannes au sein de la délégation des paralysés de France (APF), délégation départementale du Morbihan.    

En ces lieux des Frères Lumière, Nous sommes conviés pour la première journée d'une formation bénévole sur trois existantes.
La seconde journée, Laurence Bataille, formatrice du jour, nous rappelle qu'elle aura lieu : le mardi 19 décembre de 9 h 00 à 17 h 00 repas compris.

Les encadrantes responsables, chargées de nous inculquer de nouvelles connaissances, nous accueillent de leurs chaleureux sourires.

Dans la matinée, un jeux de rôle nous ait destiné 1ère situation :

Lors d'un atelier cuisine, nous devons porter un choix sur la préparation du repas. Les
participants se chargent de diversifier les suggestions. Certains ne se prononcent pas. D'autres interviennent pour échanger des histoires privées. Dans cette ce jeux nous devons prendre conscience de  la situation afin de trouver des réponses adaptées pour qu'un atelier puisse se dérouler au mieux c'est-à-dire: être à l'écoute et être bien entendus. Aider la référente bénévole de cuisine à prendre sa décision pour cibler ce qui avait été retenu au cours de cette réunion culinaire. 

Entre temps, un repas convivial resserre les liens des participants lors de cette journée de formation. 

Dans l'après-midi un deuxième jeux de rôle nous a été proposé : Notre moniteur en situation de handicap assiste à un malaise soudain d'un de ses participants. Que doit faire le groupe face à cette situation ?   

La présence de Marion (service civique)jouant la victime, Pauline (service civique)jouant l'animatrice en fauteuil et Elise (Secrétaire de délégation - APF VANNES) jouant le rôle d'une adhérente ravivent nos connaissances en moyens sécuritaires. Une participation très valorisante et fort appréciée.   
Mises devant des situations très précises, nous devions faire face à des évènements concrets.


Pour la petite Histoire,  la formatrice Laurence BATAILLE secondée de Nora Laborderie nous permet d'avoir  des points de vues différents. Elles ont pour rôle : se batailler sans cesse pour transmettre des éléments de base sur la communication. L'approche des personnes en situation de handicap demande de la délicatesse. Les mots ont un sens précis. Ils peuvent blesser la dignité des hommes et des femmes. Ils ont droit au respect. Cette pudeur qui habille l'intime. Ce rapport à la nudité du corps change du tout au tout selon le schéma contextuel de notre environnement privé.   
Faire toujours en sorte de leur demander l'autorisation. De préférence, les préparer à ce que nous allons faire avec ces personnes polytraumatisés les rassure. La bienveillance dans un échange oral ou geste technique est essentielle à leur égard. Humainement, ils ont leur propre valeur. Ils sont des êtres à part entière. Leur différence les pousse à trouver des techniques de pensée : une sacrée avancée dans le relationnel ! Les aidants et les aidés se complètent. Nous apprenons des uns et des autres. Nous sommes tous différents. De cette différence, naissent des richesses et des potentiels.

Quant aux aides techniques : la confusion entre un fauteuil et un chariot, un camion et un minibus ne trouve nullement sa place ici. Toujours prendre en considération la personne qui pense et réagit !   
Utiliser l'humour peut rendre plus léger une situation un peu gênante. Un malentendu peut provoquer une position de souffrance. Ce qui peut générer un mal être. Cela occasionne un état de douleur et de solitude. Cela nous amène à une incompréhension de son ressenti et de ses états d'âme. La réceptivité du message se perçoit avec des nuances émotionnelles selon les mots choisis et le ton employé.

Maintenant je vous passe le relais ainsi que Marion, que je remercie pour sa collaboration.

Ecrit par Marie-Rose Baron

Écrire un commentaire